F Nous contacter

0

Dernières acquisitions  | enregistrements trouvés : 26

O

-A +A

P Q

U H

Un dictionnaire revisité par les acteurs du social.

"Comment transformer le travail social pour qu'il transforme la société?".D'octobre 2019 à février 2020, une centaine de travailleurs sociaux, de chercheuses, de militants et de citoyennes se sont rassemblé.e.s autour de cette question dans le cadre de l'Ecole de Transformation Sociale.

Très vite, se pose la question des mots utilisés : si on veut impulser une autre forme de travail social ne faudrait-il pas renommer nos pratiques ? Inventer notre propre terminologie du travail social ? Il s'agit peut être de l'étape préalable nécessaire avant de se mettre en action.

Une trentaine d'acteurs et actrices du social se prêtent au jeu devant la caméra, iels analysent, témoignent, interrogent et partagent leurs expériences autour de 35 mots . L'abécédaire de la transformation sociale voit le jour.

Il constitue à la fois un outil de réflexion et de débat et une trace de cette première année de l'Ecole de Transformation Sociale.
Un dictionnaire revisité par les acteurs du social.

"Comment transformer le travail social pour qu'il transforme la société?".D'octobre 2019 à février 2020, une centaine de travailleurs sociaux, de chercheuses, de militants et de citoyennes se sont rassemblé.e.s autour de cette question dans le cadre de l'Ecole de Transformation Sociale.

Très vite, se pose la question des mots utilisés : si on veut impulser une autre forme de travail social ne ...

ANALYSE DU DISCOURS ; TERMINOLOGIE ; TRAVAIL SOCIAL ; PROJET DE SOCIETE ; VIDEO

... Lire [+]

y

- 136 p.
ISBN 978-2-7061-4670-1

Cet ouvrage propose une sélection d'articles accompagnés d'une exploitation clé en main, conçue pour des classes de niveaux hétérogènes. S'appuyant sur une quinzaine d'articles de presse issus du magazine LCFF ­ Langue et culture françaises et francophones, il permet de familiariser les apprenants de niveaux A2 et B1 au style journalistique, tout en travaillant les différents modes de récits correspondants. De la compréhension globale et détaillée à l'expression écrite, en passant par des activités lexicales et grammaticales, les apprenants explorent des sujets culturels et de société variés, en prise avec l'actualité. Un manuel utilisable en classe ou en autonomie, qui peut être adapté à la classe inversée. Niveau A2 Cet ouvrage propose une sélection d'articles accompagnés d'une exploitation clé en main, conçue pour des classes de niveaux hétérogènes. S'appuyant sur une quinzaine d'articles de presse issus du magazine LCFF ­ Langue et culture françaises et francophones, il permet de familiariser les apprenants de niveaux A2 et B1 au style journalistique, tout en travaillant les différents modes de récits correspondants. De la compréhension globale et ...

PRESSE ECRITE ; SITUATION REELLE DE LECTURE ; EXERCICE DE REDACTION ; FLE ; GRAMMAIRE

... Lire [+]

y

- 189 p.
ISBN 9782721005526

Dans Femmes, Race et Classe, Angela Davis, historienne et militante, développe une analyse critique des liens parfois conflictuels ayant existé au cours des XIXe et du XXe siècles entre féminisme et luttes d'émancipation du peuple noir. Elle démontre que les luttes ont porté leurs fruits à chaque fois qu'elles ont été solidaires. Se refusant à mettre en concurrence les différents éléments constitutifs de sa propre identité, elle affirme que les oppressions spécifiques doivent être articulées à égalité pour dépasser les contradictions et mener un combat global contre le système capitaliste au fondement de toutes les exploitations.
Cet essai dense et fondateur, écrit en 1980, trouve aujourd'hui une actualité centrale avec les débats contemporains sur le féminisme dit « intersectionnel ».
Dans Femmes, Race et Classe, Angela Davis, historienne et militante, développe une analyse critique des liens parfois conflictuels ayant existé au cours des XIXe et du XXe siècles entre féminisme et luttes d'émancipation du peuple noir. Elle démontre que les luttes ont porté leurs fruits à chaque fois qu'elles ont été solidaires. Se refusant à mettre en concurrence les différents éléments constitutifs de sa propre identité, elle affirme que les ...

DISCRIMINATION RACIALE ; FEMINISME ; DISCRIMINATION SEXUELLE ; CLASSE SOCIALE ; ACTION COMMUNAUTAIRE ; DROITS DE LA PERSONNE ; CAPITALISME ; ETATS-UNIS ; HISTOIRE

... Lire [+]

y

- 872 p.
ISBN 978-2354801205

Extrait de l'introduction générale

Le XXe siècle a été beaucoup plus marqué par les cultures du commandement et du chef que les historiens ne l'ont montré jusqu'ici. A partir des années 1890, une préoccupation pour le chef se fait jour au moins dans les quatre pays qu'aborde cet ouvrage, la France, l'Allemagne, l'Union soviétique et les États-Unis. Un intérêt considérable pour le commandement (ou le leadership, la Führung, en russe le rukovodstvo) se manifeste sous forme de refontes hiérarchiques, d'inflexions de pratiques, de débats, de publications les plus diverses, de formations spécifiques, de développements dans les sciences humaines. Non seulement une crise de l'autorité est détectée, mais la solution en est invariablement le recours à des chefs : «On a besoin de chefs» se dit alors dans toutes les langues des pays les plus industrialisés.
La hantise et l'obsession du chef, la formation et le culte de la figure du chef ne sont pas le propre des «totalitarismes» de la première moitié du XXe siècle, du fascisme, du nazisme ou du stalinisme. Ils croissent et prospèrent aussi en terrain capitaliste et libéral. Ils ne sont pas non plus l'exclusivité de quelques-uns des grands chefs que la période voit apparaître. Ils sont un des modes de la discussion des sociétés sur elles-mêmes. La forme la plus extrême que leur donnent le nazisme et les autres cultes du chef qui sont des évidences de la mémoire collective mondiale, comme ceux de Staline et de Mussolini, n'est somme toute que l'expression la plus radicale d'un phénomène ordinaire de la vie des sociétés de ce temps. Dans la diversité des configurations nationales, les élites dirigeantes s'inquiètent des phénomènes de masse nouveaux de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, qui risquent d'échapper au contrôle, tant dans l'industrie, dans la guerre que dans la politique - et les élites en question peuvent aussi bien être celles du mouvement social. La recherche de nouvelles formes et techniques de commandement et l'invention de la figure du chef, accompagnées par l'affirmation de l'éternelle nécessité des hiérarchies, compensent la disparition ou l'impuissance de la classe destinée au commandement, l'aristocratie. La relation hiérarchique est prise de façon intense comme objet de pensée, de littérature, d'écrits, de pratiques, d'institutions à partir de la toute fin du XIXe siècle à peu près en même temps dans un très grand nombre de pays dont nous ne tenterons pas d'établir la liste mais qui sont au moins ceux où la révolution industrielle connaît alors une forte affirmation. Avec des intensités variables, la concentration sur le chef ne lâche pas, durant des décennies, les sociétés où elle est apparue. Aujourd'hui, si une crise de l'autorité continue d'être infatigablement détectée comme au début du XXe siècle, le «chef» n'en est plus la solution universelle. Au contraire, les foules qui émergent en tant de points du monde se déclarent «sans leader».
Pour les auteurs de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, l'humanité a toujours connu des chefs et même le règne animal est imprégné de rapports de subordination. Le repère majeur de cette pensée est l'ouvrage du sociologue Alfred Espinas, de 1877, Des sociétés animales : «C'est bien souvent que M. Espinas, dans ses observations sur les sociétés de nos frères inférieurs, a été frappé du rôle important qu'y joue l'initiative individuelle. Chaque troupeau de boeufs sauvages a ses leaders, ses têtes influentes», écrit Gabriel Tarde en 1890'. Il s'agit pour ces auteurs de faire le constat pragmatique d'un phénomène jugé universel qui veut qu'un regroupement quelconque en train de se faire suscite l'émergence d'au moins une personne qui prend en charge plus que les autres la résolution de tel problème posé à tel moment. La sociologie dans les limbes, avant même qu'elle ait une existence universitaire, le notait déjà au début du XIXe siècle sous la plume de Louis de Bonald : «Il n'arrive pas un accident dans les rues de nos cités populeuses, un accident qui rassemble la foule, sans qu'on y trouve une image de cette formation fortuite de la société, et qu'il s'y montre quelque homme plus intelligent, plus hardi et plus fort que les autres pour réparer le mal ou en prévenir les suites, et des hommes pour l'aider. On le remarque jusque dans les jeux des enfants, parmi lesquels il se trouve toujours un petit pouvoir pour commander et diriger. La nature se retrouve partout.» Ce qu'il convient ici de souligner est la manière dont le constat est formulé (vocabulaire) et élaboré (thèse sociologique) : la «formation» de la «société» est un phénomène paradoxalement naturel et elle consiste en l'apparition d'un «pouvoir» pour commander et diriger. Non seulement le chef, mais la hiérarchie est bientôt naturalisée : «Le XIXe siècle a vu se fonder deux sciences admirables : la biologie et la sociologie. Or s'il est une vérité que ces sciences proclament et promulguent d'une façon éclatante, c'est bien la légitimité de la hiérarchie», écrit un auteur français influent en 1894. La hiérarchie et sa légitimité sont déclarées en même temps des faits de nature et des faits sociaux. Le naturel est intrinsèquement social et le social naturel : c'est ce qu'on nous dit en pointant la hiérarchie.
Revue de presse
Cette fresque transversale mêle d'abondantes études des textes à l'analyse de ce que fut concrètement le commandement, celui du directeur d'usine aux Etats-Unis ou en URSS, comme celui du chef de guerre, qu'il s'agisse de Staline ou de Hitler. (Marc Semo - Libération du 7 février 2013)

Yves Cohen montre dans son ouvrage que la figure du chef s'est imposée dans la culture politique et sociale de quatre pays à partir des années 1890 dans un contexte de peur des masses et de profondes mutations industrielles...
Que l'on ne s'y trompe pas : il ne s'agit pas d'une énième étude sur le populisme ou les totalitarismes. Ces derniers ne constituent pour Yves Cohen que l'expression la plus extrême d'une fascination beaucoup plus répandue pour le chef. Toute la force de cette Histoire transnationale du commandement et de l'autorité est là : dans la démonstration rigoureuse, au plus près des textes et surtout des pratiques effectives de commandement, que cette culture du chef concerne, évidemment avec des formes différentes, des démocraties comme la France et les Etats-Unis ou des Etats autoritaires (l'Allemagne de la fin du XIXe siècle, la Russie d'avant 1917), voire totalitaires. (Pierre Karila-Cohen - Le Monde du 14 février 2013)
Extrait de l'introduction générale

Le XXe siècle a été beaucoup plus marqué par les cultures du commandement et du chef que les historiens ne l'ont montré jusqu'ici. A partir des années 1890, une préoccupation pour le chef se fait jour au moins dans les quatre pays qu'aborde cet ouvrage, la France, l'Allemagne, l'Union soviétique et les États-Unis. Un intérêt considérable pour le commandement (ou le leadership, la Führung, en russe le ...

POUVOIR ; AUTORITE ; HISTOIRE ; GUERRE ; FRANCE ; ITALIE ; ALLEMAGNE ; union soviétique ; ETATS-UNIS

... Lire [+]

y

- 384 p.
ISBN 9782021426823

...À la lecture de ce livre riche, stimulant, provocateur, la vie politique des années 1992-2019 prend tout son sens : une longue comédie politique où s'invitent les classes sociales.Bienvenue donc dans cette France du xxie siècle, paralysée mais vivante, où se côtoient et s'affrontent des dominés qui se croient dominants, des étatistes qui se croient libéraux, des individus égarés qui célèbrent encore l'individu-roi, avant l'inéluctable retour de la lutte des classes... une critique complète in https://journals.openedition.org/chrhc/15012

Le chapitre 2, intIitulé "le déplacement social de l'intelligence" aborde avec férocité la question de l'éducation.
...À la lecture de ce livre riche, stimulant, provocateur, la vie politique des années 1992-2019 prend tout son sens : une longue comédie politique où s'invitent les classes sociales.Bienvenue donc dans cette France du xxie siècle, paralysée mais vivante, où se côtoient et s'affrontent des dominés qui se croient dominants, des étatistes qui se croient libéraux, des individus égarés qui célèbrent encore l'individu-roi, avant l'inéluctable retour ...

CLASSE SOCIALE ; ACTION COMMUNAUTAIRE ; FRANCE ; STATISTIQUES ; EDUCATION ; UNION EUROPEENNE ; INTELLIGENCE ; IDEOLOGIE ; PSYCHOLOGIE SOCIALE

... Lire [+]

y


ISBN 978-2-7061-4558-2

"Comment faire oublier à des apprenants qu'ils s'expriment dans une langue étrangère ? À quel moment de son apprentissage peut-on se lancer dans une « vraie » conversation ? Depuis plusieurs années, les ateliers de conversation fleurissent dans les écoles de langue, les bibliothèques, les cafés linguistiques. Pour autant, l'animation de ces ateliers peut-elle se faire sans préparation, de manière intuitive et spontanée ? Existe-t-il des clés, des astuces, des conseils pour aider les animateurs à gérer ces séances de manière efficace ? Car un atelier n'est pas un cours de langue. Pas plus qu'il n'est une discussion libre. C'est un format différent où des personnes de nationalités, âges, cultures, situations personnelles et professionnelles différentes se côtoient. Pour que le courant passe et que la parole se libère, l'animateur doit disposer de clés et de pistes pédagogiques. C'est l'objet de ce livre." "Comment faire oublier à des apprenants qu'ils s'expriment dans une langue étrangère ? À quel moment de son apprentissage peut-on se lancer dans une « vraie » conversation ? Depuis plusieurs années, les ateliers de conversation fleurissent dans les écoles de langue, les bibliothèques, les cafés linguistiques. Pour autant, l'animation de ces ateliers peut-elle se faire sans préparation, de manière intuitive et spontanée ? Existe-t-il des clés, ...

COMMUNICATION ORALE ; FLE ; DEMARCHE PEDAGOGIQUE

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

Dossiers

 
Z