F Nous contacter

0

Documents  Ed. Amsterdam | enregistrements trouvés : 6

O
     

-A +A

P Q


U V

- 312 p.
ISBN 978 2 35480 023 9

Depuis une vingtaine d'années, l'histoire de l'immigration en France est passée du statut d'objet plus ou moins illégitime dans le champ des sciences sociales à celui d'objet relativement reconnu, comme en témoigne la création de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration. Mais l'histoire politique de l'immigration, l'histoire non pas tant des politiques migratoires que des immigrés en tant que sujets, reste encore a écrire. Ce déficit d'histoire a des conséquences fâcheuses tant du point de vue scientifique que politique. Alors que l'histoire de l'immigration et de la colonisation est au coeur de controverses mémorielles parfois houleuses, les termes du débat se fondent souvent sur une vision partielle ou erronée des mouvements politiques de l'immigration postcoloniale. Des événements historiques, comme la Marche pour l'égalité et contre le racisme de 1983 ou des mobilisations comme les mouvements de jeunes musulmans de France, font l'objet soit de discours mystificateurs, soit de disqualifications symboliques. Ce livre voudrait contribuer à combler ces lacunes en offrant une vision panoramique et dynamique de l'histoire des luttes de l'immigration postcoloniale depuis un siècle. Rassemblant les meilleurs spécialistes du monde universitaire sur la question et les analyses de nombreuses figures importantes du " mouvement autonome de l'immigration ", il propose une représentation inédite d'une histoire méconnue et constitue le premier ouvrage de référence sur le sujet publié en France. Depuis une vingtaine d'années, l'histoire de l'immigration en France est passée du statut d'objet plus ou moins illégitime dans le champ des sciences sociales à celui d'objet relativement reconnu, comme en témoigne la création de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration. Mais l'histoire politique de l'immigration, l'histoire non pas tant des politiques migratoires que des immigrés en tant que sujets, reste encore a écrire. Ce déficit ...

COLONIALISME ; IMMIGRATION ; FRANCE ; POLITIQUE

... Lire [+]

U V

- 128 p.
ISBN 978 2 915547 63 4

L'illustration de couverture montre une salle de classe des années 1930, vide d'élèves, aux pupitres strictement alignés face au bureau du maître et au tableau noir. Le soleil brille, mais à l'extérieur de la classe. Qu'apprend-on dans cette école ? À bien se tenir, à rester à sa place, à assimiler la parole du maître, ou bien aussi autre chose, de l'ordre de l'émancipation, de l'autonomie ? Les deux bien sûr, et c'est ce double mouvement que tente d'explorer ce livre.
Charlotte Nordmann dénonce avec vivacité un enseignement clos sur lui-même, des savoirs stériles, une évaluation qui paralyse et hiérarchise, une école qui fonctionne à l'angoisse, au contrôle, à la contrainte, à l'isolement, qui au final assume avec dureté sa fonction de tri social et de hiérarchisation. La critique est précise, concrète, souvent convaincante, et ne s'arrête pas là : la volonté d'analyser dans le même temps la fonction de transmission de savoirs au moins potentiellement émancipateurs, est bienvenue, et même salutaire. Ainsi du rapport à l'écrit, bien souvent stérilisé par exemple dans l'exercice formel de la dissertation, alors qu'il peut être aussi travaillé comme un outil d'élaboration de la pensée.
La question est considérable : comment sortir de l'impuissance que fabrique cette école, impuissance des élèves à devenir pleinement acteur social, citoyen, impuissance des enseignants à assumer leur ambition d'être les fourriers d'une société plus juste ? Je retiendrai une perspective tracée, qui doit interpeller les mouvements pédagogiques : « il est urgent de repolitiser la question - et non dans les seuls termes, infiniment réducteurs, de la résistance à la « marchandisation de l'école », aussi réelle que soit cette menace. [...] Ce qui exige de s'interroger sur les enjeux politiques de la maîtrise de la lecture et de l'écriture, du rapport à la parole et du rapport aux savoirs ».
L'auteure est exigeante, on pourrait même dire sévère, pour les « « pédagogues », qui entendent aménager l'institution sans jamais mettre vraiment en question ses principes ». Elle appelle pour sa part à « rompre avec la fonction de sélection de l'école », en particulier les pratiques actuelles d'évaluation. C'est certainement dans cette tension entre aménagement et rupture, entre le pragmatisme au risque de la compromission et le radicalisme au risque de l'impuissance, que le débat peut avoir lieu. Pour ne pas en rester aux invectives, il faudra sans doute approfondir la question des acteurs, ainsi que des temporalités du changement : les contradictions traversent tout autant les sommets de l'institution dans leurs projets de réforme souvent à courte vue que chaque enseignant dans son activité quotidienne. Lorsque le ministère promeut les IDD ou les TPE (on pourrait ajouter le socle commun, les PPRE), on peut bien sûr juger la démarche insuffisante, partielle, peut-être même hypocrite, on peut s'inquiéter de leur mise en oeuvre si difficile, si dévoyée souvent, au risque de les « dévaluer » ; reste que c'est bien l'institution elle-même qui ouvre ainsi des pistes pour travailler autrement, pistes qu'au moins une partie des enseignants, soutenus par une partie des formateurs, des inspecteurs, peut emprunter, en faire un levier pour des changements plus importants. Il y a des microruptures et de grands aménagements, et force est de constater que l'école bouge...
Il est facile de pointer que l'essentiel du livre, dès son titre d'ailleurs, est finalement consacré à la dénonciation de l'école de la domination plus qu'à l'exploration de sa fonction émancipatrice, puisqu'elle l'est tout de même aussi au final, et pas seulement potentiellement. La question de l'action est décidément périlleuse, mais Charlotte Nordmann a le mérite de ne pas l'esquiver, de nous aider à prendre la mesure du chantier, à reposer avec force et souci du concret la question des finalités de l'école. C'est bien le mot qui convient pour les salles de classe, celles de 1930 comme celles d'aujourd'hui : un chantier permanent, où s'entretient la soumission, mais aussi la flamme de l'émancipation.

Patrice Bride in http://www.cahiers-pedagogiques.com/article.php3?id_article=4009
L'illustration de couverture montre une salle de classe des années 1930, vide d'élèves, aux pupitres strictement alignés face au bureau du maître et au tableau noir. Le soleil brille, mais à l'extérieur de la classe. Qu'apprend-on dans cette école ? À bien se tenir, à rester à sa place, à assimiler la parole du maître, ou bien aussi autre chose, de l'ordre de l'émancipation, de l'autonomie ? Les deux bien sûr, et c'est ce double mouvement que ...

PHILOSOPHIE DE L'EDUCATION ; SOCIOLOGIE DE L'EDUCATION ; RELATIONS FORMATEUR APPRENANT

... Lire [+]

y

- 505 p.
ISBN 978 2 35480 084 0

Penser à gauche est le fruit d'une collaboration menée entre les éditions Amsterdam et La Revue Internationale des livres et des idées qui, pour des raisons essentiellement financières, a pour le moment cessé son activité. Néanmoins, la lecture de cet ouvrage nous replongera dans l'atmosphère intellectuelle de la défunte Revue, dont sont issus la majorité des articles. Les 8 chapitres et 43 articles qui composent cet ouvrage sont le fruit d'une « constellation d'activistes, d'analystes, de chercheurs et de théoriciens », dont le but explicite est l'aiguisage de la critique de gauche en vue des combats politiques à venir.... critique complète in https://lectures.revues.org/1299 Penser à gauche est le fruit d'une collaboration menée entre les éditions Amsterdam et La Revue Internationale des livres et des idées qui, pour des raisons essentiellement financières, a pour le moment cessé son activité. Néanmoins, la lecture de cet ouvrage nous replongera dans l'atmosphère intellectuelle de la défunte Revue, dont sont issus la majorité des articles. Les 8 chapitres et 43 articles qui composent cet ouvrage sont le fruit d'une ...

FEMINISME ; COLONIALISME ; CONSCIENTISATION ; MONDIALISATION ; ENVIRONNEMENT ; CAPITALISME ; PENSEE CRITIQUE ; POLITIQUE ; ACTION COMMUNAUTAIRE ; PHILOSOPHIE SOCIALE

... Lire [+]

y

- 420 pages
ISBN 9782354801526

Le féminisme fait souvent office de faire-valoir à tous les programmes, émancipateurs Ou non. Du côté du bloc au pouvoir, les "droits des femmes" sont devenus un argument du maintien de l'ordre, des lois islamophobes à la politique d'incarcération des non-Blancs. Parmi les progressistes, le féminisme est une lutte parmi d'autres, qu'on cite volontiers entre I'antilibéralisme et la défense de l'environnement. A l'inverse, ce livre propose de donner toute sa portée au féminisme, de restaurer sa vocation révolutionnaire, de clarifier sa contribution à tout projet de bouleversement de l'ordre des choses. En quoi transformer la famille, la sexualité, l'organisation de la reproduction sociale et biologique, le travail domestique ou encore le travail affectif implique-t-il de révolutionner la vie quotidienne, la santé, la culture, le travail salarié, le logement, la vie collective, les allocations sociales ? Comment les apports du féminisme noir permettent-ils de repenser le dépérissement de l'Etat ? Ce recueil, regroupant des textes fondateurs du féminisme marxiste et des articles plus contemporains, est un manuel à l'usage de celles et ceux qui ne se satisfont pas de transformations partielles, mais qui entendent changer le système dans sa totalité.

Sommaire

- Introduction : Programme pour un féminisme de la totalité
- Eleanor B. Leacock : Le genre dans les sociétés égalitaires
- Matthieu Renault : Alexandra Kollontaï et le dépérissement de la famille... ou les deux verres d'eau de Lénine
- Johanna Brenner et Maria Ramas : Repenser l'oppression des femmes
- Tithi Bhattacharya : Comprendre la violence sexiste à l'époque du néolibéralisme
- Sara Farris : Les fondements politico-économiques du fémonationalisme
- Silvia Federici : Le féminisme comme mouvement antisystémique
- K. D. Griffiths et J. J. Gleeson : Kinderkommunismus. Une proposition communiste d'abolition de la famille
- Kevin Floyd : « Mères porteuses » et marchandisation des tissus organiques : une bioéconomie mondialisée
- Johanna Brenner : Sur le travail sexuel : une perspective féministe révolutionnaire
- Morgane Merteuil : Le travail du sexe contre le travail
- Peter Drucker : La fragmentation des identités LGBT à l'époque du néolibéralisme
- Gianfranco Rebucini : État intégral, bloc historique et homonationalisme en France : une analyse gramscienne des politiques des droits
- Morgane Merteuil : Le travail du sexe contre le sexe : pour une analyse matérialiste du désir
- Angela Davis : Violences sexuelles, racisme, impérialisme
Le féminisme fait souvent office de faire-valoir à tous les programmes, émancipateurs Ou non. Du côté du bloc au pouvoir, les "droits des femmes" sont devenus un argument du maintien de l'ordre, des lois islamophobes à la politique d'incarcération des non-Blancs. Parmi les progressistes, le féminisme est une lutte parmi d'autres, qu'on cite volontiers entre I'antilibéralisme et la défense de l'environnement. A l'inverse, ce livre propose de ...

FEMME ; GENRE ; révolution ; MARXISME ; HISTOIRE ; FEMINISME

... Lire [+]

y

- 392 pages
ISBN 9782354801465

Faire" son genre implique parfois de défaire les normes dominantes de l'existence sociale. La politique de la subversion qu'esquisse Judith Butler ouvre moins la perspective d'une abolition du genre que celle d'un monde dans lequel le genre serait "défait", dans lequel les normes du genre joueraient tout autrement. Ce livre s'inscrit dans une démarche indissociablement théorique et pratique : il s'agit, en s'appuyant sur les théories féministe et queer, de faire la genèse de la production du genre et de travailler à défaire l'emprise des formes de normalisation qui rendent certaines vies invivables, ou difficilement vivables, en les excluant du domaine du possible et du pensable par cette critique des normes qui gouvernent le genre avec plus ou moins de succès, il s'agit de dégager les conditions de la perpétuation ou de la production de formes de vie plus vivables, plus désirables et moins soumises à la violence. Judith Butler s'attache notamment à mettre en évidence les contradictions auxquelles sont confrontés ceux et celles qui s'efforcent de penser et transformer le genre. Sans prétendre toujours dépasser ces contradictions, elle suggère la possibilité de les traiter politiquement : "La critique des normes de genre doit se situer dans le contexte des vies telles qu'elles sont vécues et doit être guidée par la question de savoir ce qui permet de maximiser les chances d'une vie vivable et de minimiser la possibilité d'une vie insupportable ou même d'une mort sociale ou littérale. Faire" son genre implique parfois de défaire les normes dominantes de l'existence sociale. La politique de la subversion qu'esquisse Judith Butler ouvre moins la perspective d'une abolition du genre que celle d'un monde dans lequel le genre serait "défait", dans lequel les normes du genre joueraient tout autrement. Ce livre s'inscrit dans une démarche indissociablement théorique et pratique : il s'agit, en s'appuyant sur les théories féministe ...

GENRE ; FEMME ; HISTOIRE ; PENSEE CRITIQUE ; DISCRIMINATION SEXUELLE

... Lire [+]

y

- 224 p.
ISBN 978-2916207438

Louis « Studs » Terkel (1912-2008) s'est rendu célèbre comme journaliste de radio et comme auteur de nombreux ouvrages d'histoires orales qui constituent l'une des sources documentaires les plus riches et les plus saisissantes sur l'histoire des États-Unis au XXe siècle. C'est l'une des grandes figures de la gauche radicale américaine. Monstre sacré du journalisme radiophonique, il a reçu le Prix Pulitzer en 1984.

Publié en 1974 aux Etats-Unis, et en 2005 en France, Working est l'un des livres les plus connus de Studs Terkel. Il est composé d'entretiens avec 70 personnes sur leur expérience du travail et les sentiments qu'il leur inspire, avec la liberté, la verve et l'intelligence que Terkel partage avec les personnes qu'il interviewe. Working est ainsi un témoignage d'une qualité exceptionnelle sur l'histoire sociale des États-Unis. Working, une adaptation graphique, regroupe une sélection de vingt-huit entretiens extraits du livre original, représentant un large spectre de métiers et une grande diversité de relations au travail. Dirigée par Paul Buhle, et réalisée par une grande variété d'auteurs dont Harvey Pekar et Peter Kuper, l'adaptation est complémentaire du livre original. Chaque auteur apporte son propre regard et son univers graphique, et met ainsi en relief les témoignages des personnes interviewées. Cette adaptation est également une excellente introduction aux travaux de Terkel.

Harvey Pekar a écrit la majorité des histoires présentes dans cette adaptation de Working. Harvey Pekar est le pionner de la bande dessinée autobiographique avec sa série American Splendor initiée en 1976 aux Etats-Unis
Dix-huit illustrateurs ont participé à l'adaptation en bande dessinée de Working. Il s'agit d'auteurs de la scène indépendante américaine, avec notamment Peter Kuper (auteur de Arrête d'oublier de te souvenir publié par les éditions çà et là en 2009), Gary Dumm (dessinateur d'une grande partie des histoires de American Splendor), Sabrina Jones (illustratrice de Isadora Duncan : A Graphic Biography) et Sahron Rudahl (auteur de The Graphic Biography of Emma Goldman), mais également des auteurs issus du comics de super héros comme Danny Fingeroth (ancien éditeur de Marvel et scénariste de Daredevil et Iron Man dans les années 90) ou encore Bob Hall (dessinateur de la série Les Vengeurs pour Marvel Comics dans les années 1980).

Louis « Studs » Terkel (1912-2008) s'est rendu célèbre comme journaliste de radio et comme auteur de nombreux ouvrages d'histoires orales qui constituent l'une des sources documentaires les plus riches et les plus saisissantes sur l'histoire des États-Unis au XXe siècle. C'est l'une des grandes figures de la gauche radicale américaine. Monstre sacré du journalisme radiophonique, il a reçu le Prix Pulitzer en 1984.

Publié en 1974 aux Etats-Unis, ...

BANDE DESSINEE ; ETATS-UNIS ; SOCIOLOGIE DU TRAVAIL ; HISTOIRE SOCIALE

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

Dossiers

 
Z