F Nous contacter

0

Documents  CRUTZEN Danièle | enregistrements trouvés : 14

O

-A +A

P Q

U V

CRUTZEN Dany


U V

- n° 193 - pp. 23-33

Une formation de 50 h. qui permet : un premier bain de langue, une meilleure connaissance des attentes de la société d'accueil et id' dentifier les besoins en FLE.

PROGRAMME

... Lire [+]

U V

- n° 176 - pp. 52-63

"Si l'on veut comprendre les difficultés que rencontrent les non francophones avec la concordance des temps, la conjugaison des verbes "être" et "avoir", le maniement des pronoms personnels, les accords en genre et en nombre..., il faut pouvoir se décentrer d'un certain nombre d'évidences qui nous collent à la peau"

CONJUGAISON

... Lire [+]

U V

Contient : 1 Guide pédagogique "Pratiques de lecture en classe multiculturelle"" + 1 Cahier d'exercices "Lire Découvrir S'exprimer en classe multiculturelle"

METHODE DE LECTURE ; ACTIVITE DE LECTURE ; EXERCICE DE LECTURE ; EXERCICE ORAL ; EDUCATION INTERCULTURELLE

... Lire [+]

U V

- 334 p.

ISBN 978 2 87496 124 3

Les auteurs envisagent ici la violence comme un langage de survie, qui renvoie la culture dominante à ses héritages oubliés. Il met en évidence un vocabulaire archaïque essentiellement non verbal, sur lequel le langage verbal construit a peu de prise. La violence confronte l'école à un langage dont elle maîtrise peu ou pas les codes.
L'ouvrage propose un mode d'emploi pour lire ces expressions non verbales et pour y répondre dans une perspective éducative. Les systèmes où la violence s'exprime ne peuvent ignorer qu'ils génèrent en leur sein des comportements de survie. Ils doivent apprendre à entre-prendre leur violence et à en ritualiser le traitement. Entre-prendre la violence à l'école, c'est apprendre à lire des codes implicites, à ritualiser des signaux non verbaux et à marquer un territoire pédagogique.

Physiquement et symboliquement, par métaphores successives, l'ouvrage propose de donner aux expressions de survie une série de réponses qui s'alimentent à la fois aux sources de l'éthologie, de l'analyse systémique, de la communication interculturelle et de l'expérience millénaire des arts martiaux.

DANIELE CRUTZEN est romaniste de formation. Elle a été durant une quinzaine d'années chargée de recherche en pédagogie : au Service de Méthodologie de l'enseignement du Professeur A. Roosen, puis au Centre Interdisciplinaire de Formation de Formateurs de l'ULg, où elle a dirigé la Cellule d'Education Interculturelle, puis à l'Institut de Recherche, Formation et Action sur les Migrations à Liège. Elle co-anime ces dix dernières années avec Jacques Debatty des interventions et formations en communication de crise et prévention des violences scolaires.

JACQUES DEBATTY est maître d'arts martiaux, 6e dan de karaté. Il a fondé le dojo liégeois Le Rônin et créé la méthode Shinshokaï ­ la force par le handicap ­ ciblant son approche sur la formation des personnes moins valides. Consultant et formateur en communication de crise dans les écoles, les entreprises, le contrôle aérien, la formation des anesthésistes à Mont-Godinne. Son expérience et son expertise sont à l'origine des outils de communication de crise proposés ici au monde scolaire.
Les auteurs envisagent ici la violence comme un langage de survie, qui renvoie la culture dominante à ses héritages oubliés. Il met en évidence un vocabulaire archaïque essentiellement non verbal, sur lequel le langage verbal construit a peu de prise. La violence confronte l'école à un langage dont elle maîtrise peu ou pas les codes.
L'ouvrage propose un mode d'emploi pour lire ces expressions non verbales et pour y répondre dans une p...

VIOLENCE ; VIE SCOLAIRE ; COMMUNICATION NON VERBALE ; RESOLUTION DE CONFLIT ; MEDIAS DE MASSE ; SANTE MENTALE ; DIFFERENCES CULTURELLES

... Lire [+]

y

- 207 p.

Les trois dimension de la gestion des diversités 1)La lutte contre les préjudices subis en raison da priori défavorables, de stéréotypes, etc. 2)La compensation des préjudices subis en raison dun « non-accès » aux codes et normes dominants. 3)Le développement de compétences transversales pour gérer les diversités et les valoriser.

Consignes méthodologiques pour l'utilisation de loutil Privilégier des activités où chacun parle de soi plutôt que de parler des autres. Formateurs/formés, même combat ! Il ne sagit pas d'enseigner à ne pas avoir de préjugés ... Il sagit de s'interroger ensemble sur comment fonctionnent les stéréotypes et les préjugés au sein du groupe, formateurs inclus ! Elargir la perception de ce quest la culture ; conjuguer identité(s) sociale(s) et culturelle(s) : origines sociales, ethniques ou géographiques, âge, genre et orientation sexuelle, convictions philosophiques ou religieuses, héritages familiaux, ... Une fois les zones sensibles identifiées, compléter les échanges par quelques informations ciblées : décodage dimplicites culturels, éléments de contexte, données historiques ...


Les trois dimension de la gestion des diversités 1)La lutte contre les préjudices subis en raison da priori défavorables, de stéréotypes, etc. 2)La compensation des préjudices subis en raison dun « non-accès » aux codes et normes dominants. 3)Le développement de compétences transversales pour gérer les diversités et les valoriser.

Consignes méthodologiques pour l'utilisation de loutil Privilégier des activités où chacun parle de soi plutôt ...

EDUCATION INTERCULTURELLE ; DISCRIMINATION ; FICHE PEDAGOGIQUE ; ESTIME DE SOI ; COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ; COMMUNICATION NON VERBALE ; TEMPS(MESURE)

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

Dossiers

 
Z