F Nous contacter

0

Documents  RECHERCHE | enregistrements trouvés : 31

O

-A +A

P Q

U V

- pp. 363-388

Une enquête sur les activités d'une organisation tchèque "Receptàr", (institution à visée éducative)
met en évidence plusieurs thèses.

MEDIAS DE MASSE ; FORMATION ; RECHERCHE ; SOCIOLOGIE

... Lire [+]

U V

- 154 p.
ISBN 978 2 87463 122 1

Depuis peu, un adulte qui veut entreprendre des études peut faire valoir son expérience, qui se voit ainsi reconnue, moyennant une procédure appelée « Valorisation des Acquis de l'Expérience ». De quoi s'agit il exactement ? Peut-on comparer les situations belges et françaises ? Quelles sont les pratiques concrètes déjà expérimentées, en Belgique,
en France et peuvent-elles en inspirer d'autres ? Quels sont les enjeux qui sont à l'oeuvre ? Forte de plus de trente années de pratique en matière d'admission et d'accompagnement des adultes à l'université, la FOPES a tenu à mettre cette expérience à disposition des acteurs concernés par cette VAE*. Une recherche et un colloque ont eu lieu :
la présente publication en est le prolongement.
Au sommaire
NTRODUCTION_______________________________________ 1
Pierre REMAN
LES CONTEXTES FRANÇAIS ET BELGES ________________ 5
La Validation/Valorisation des Acquis de l'Expérience dans les
universités en France et en Communauté française de Belgique :
Quelles spécificités ? Quelles différences ?______________________ 7
Françoise de VIRON
PREMIERE PARTIE : Description de pratiques _____________ 21
Histoire et perspective de la VAE : un dispositif toujours en
construction. L'exemple de l'Université de Brest : un bilan de six
années de pratique ________________________________________ 23
Laure BEN MOUSSI
Pratiques de la VAE : Le CNAM ____________________________ 35
Bruno CUVILLIER
Laetitia FAUDIERE
Pratiques de la Fopa en matière de VAE ______________________ 45
Baudouin COCKX
Anne VERWAERDE
Pratiques VAE à la Fopes __________________________________ 53
Marie-Thérèse COENEN
DEUXIEME PARTIE : Discussion des enjeux _______________ 59
Table ronde
Du point de vue de la personne ______________________________ 61
Du point de vue de la société dans son ensemble ________________ 69
Du point de vue des opérateurs de formation __________________ 75
Du point de vue de l'accompagnement________________________ 81
TROISIEME PARTIE : Regards croisés ____________________ 93
La VAE dans l'enseignement de promotion sociale _____________ 95
Stéphane HEUGENS
Guy POULAERT
Vocabulaire et identités ___________________________________ 105
Bernadette BAILLEUX
VAE : des logiques en tension ______________________________ 115
Jean-Marie de KETELE
CONCLUSION _______________________________________ 125
VAE : lettres de noblesse de l'expérience_____________________ 127
Gérard PIROTTON
BIBLIOGRAPHIE ____________________________________ 131
ANNEXES ___________________________________________ 135
La VAE en Communauté française : le cadre législatif _________ 137
La Procédure à l'Université catholique de Louvain (UCL) ______ 139
Liste des intervenants_____________________________________ 143
Liste des participants _____________________________________ 145
Depuis peu, un adulte qui veut entreprendre des études peut faire valoir son expérience, qui se voit ainsi reconnue, moyennant une procédure appelée « Valorisation des Acquis de l'Expérience ». De quoi s'agit il exactement ? Peut-on comparer les situations belges et françaises ? Quelles sont les pratiques concrètes déjà expérimentées, en Belgique,
en France et peuvent-elles en inspirer d'autres ? Quels sont les enjeux qui sont à l'oeuvre ? Forte ...

RECONNAISSANCE DES ACQUIS ; FORMATION DES ADULTES ; ACTES, CONGRES, ETC. ; LEGISLATION--BELGIQUE ; ENSEIGNEMENT ; RECHERCHE

... Lire [+]

y

- 352 p.
ISBN 978-2271093370<BR>ISBN-

Plaisir et ennui, peur et espérance, enthousiasme et désespoir, bonheur et souffrance, toute la gamme des émotions dans leurs nuances et leurs combinaisons fait l'ordinaire du quotidien des chercheurs. Hier, dans les lointains XVIIe-XVIIIe siècles, comme aujourd'hui, et quelles que soient les disciplines.
Les chercheurs apparaissent alors non plus comme des machines à penser ou des personnes-idées, mais comme des êtres de chair et de sang opérant dans un univers saturé d'affects. Ils ne sont plus ces « neutres » (Nietzsche) qu'a instaurés cette règle de métier qu'est l'objectivité, et leur voix n'est plus celle impersonnelle, inhumaine qui ressort de leurs publications.
Prendre en compte les émotions, c'est restaurer une dimension de la science telle qu'elle se fait, en rappelant l'incidence qu'elles ont dans les rythmes de travail, dans l'engagement à la tâche, dans la convivance au sein de communautés, dans le devenir de collaborations et, bien sûr, dans la genèse, la production et la publication des oeuvres.
C'est aussi, dans un monde professionnel qui s'est placé sous la bannière de la raison, donner à voir l'auteur, plus que dans sa subjectivité, dans sa profonde humanité.
Plaisir et ennui, peur et espérance, enthousiasme et désespoir, bonheur et souffrance, toute la gamme des émotions dans leurs nuances et leurs combinaisons fait l'ordinaire du quotidien des chercheurs. Hier, dans les lointains XVIIe-XVIIIe siècles, comme aujourd'hui, et quelles que soient les disciplines.
Les chercheurs apparaissent alors non plus comme des machines à penser ou des personnes-idées, mais comme des êtres de chair et de sang ...

CONNAISSANCE ; AUTO-SOCIO CONSTRUCTION DU SAVOIR ; EMOTION ; SCIENCES ; RECHERCHE ; SCIENCES SOCIALES ; ORGANISATION DU TRAVAIL ; MOTIVATION

... Lire [+]

U V

.Approche ethnographique de l'apprentissage des langues où l'on étudie les comportements, les interactions, les façons de faire observables, mais aussi les savoirs tacites, les systèmes de valeurs, de croyances et de représentations.. Public motivé.

RECHERCHE ; APPRENTISSAGE D'UNE LANGUE SECONDE ; VIE SCOLAIRE ; ANALYSE DE PRATIQUES

... Lire [+]

y

- 288 p.
ISBN 978 2 7492 0693 6

Raconter (Mythos), démontrer (Logos) et survivre (Mètis) sont les trois formes de savoir à la base des constructions et des créations humaines, chacune ayant ses vertus et ses vices. Le rapport entre ces trois formes change selon le contexte social et s'est aussi transformé au long de l'histoire. La société traditionnelle s'organise sous la prédominance du savoir narratif Mythos, la société moderne s'organise sous la prévalence du savoir démonstratif Logos et, enfin, que la société post-moderne s'organise en référence au pragmatisme de Mètis. Il est temps d'en analyser les enjeux car si le scientisme de la modernité ou l'obscurantisme des sociétés traditionnelles ont été des dérives aux effets délétères, c'est la fin de la pensée critique qui est relevée par plus d'un auteur postmoderne.

voir aussi http://www.scriptoblog.com/index.php/notes-de-lecture/sociologie/754-raconter-demontrer-survivre-marilia-amorim
Raconter (Mythos), démontrer (Logos) et survivre (Mètis) sont les trois formes de savoir à la base des constructions et des créations humaines, chacune ayant ses vertus et ses vices. Le rapport entre ces trois formes change selon le contexte social et s'est aussi transformé au long de l'histoire. La société traditionnelle s'organise sous la prédominance du savoir narratif Mythos, la société moderne s'organise sous la prévalence du savoir ...

CONNAISSANCE ; ANALYSE DU DISCOURS ; IDEOLOGIE ; PENSEE CRITIQUE ; COMMUNICATION ; INTELLIGENCE ; PHILOSOPHIE SOCIALE ; LINGUISTIQUE ; CULTURE ; POUVOIR ; RECHERCHE

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

Dossiers

 
Z