F Nous contacter

0

Documents  SCIENCES | enregistrements trouvés : 50

O

-A +A

P Q

U V

- n° 428 - pp. 32-33

La pensée scientifique dans les classes spécialisées : compte-rendu d'une expérience

SCIENCES

... Lire [+]

U V

- n° 427 - pp. 53-54

Compte rendu d'un TPE (travail personnel encadré) reliant maths et astronomie

ENSEIGNEMENT DES MATHEMATIQUES ; SCIENCES

... Lire [+]

U V

- n° 427 - pp. 51-52

Maths et sciences dans les TPE (travaux personnels encadrés)

ENSEIGNEMENT DES MATHEMATIQUES ; SCIENCES

... Lire [+]

U V

- n° 421 - pp. 19-21

Une initiative locale de développement éducatif ... a abouti à la création d'un pôle de recherche et de développement éducatif local intitulé INNOPOLE ... spécialisé dans les méthodes d'enseignement des sciences et de la technologie à l'école élémentaire...

SCIENCES ; TECHNOLOGIE

... Lire [+]

y

Principe du jeu : intercaler des cartes au bon endroit pour former une ligne du temps.

Compétences sollicitées : activités de tri, de classement, argumentation et voir aussi mots-clés

Fiche pédagogique pour le FLE : https://leszexpertsfle.com/ressources-fle/des-jeux-pour-le-fle-timeline/

Règles du jeu

Au début de la partie, chaque joueur reçoit 6 cartes. Les joueurs ne peuvent regarder que le recto: on y voit une invention illustrée. Au verso de la carte, on voit la même illustration *et* l'année de son invention.

Au centre de la table, les joueurs vont construire une ligne du temps, c'est-à-dire une ligne de cartes allant de la plus ancienne à la plus récente. Le but du jeu, c'est d'être le premier joueur à avoir posé toutes ses cartes à l'endroit correct de la ligne du temps.

Les joueurs jouent l'un après l'autre. A son tour, le joueur doit choisir une de ses cartes et la situer à l'endroit correct de la ligne du temps. Il peut proposer de l'intercaler entre deux autres cartes ou de la poser à une extrémité de la ligne.

Le joueur vérifie sa proposition en retournant la carte. S'il a raison, il pose la carte là où il l'a suggéré. S'il s'est trompé, il défausse la carte du jeu et en pioche une nouvelle.

Il ne faut pas retrouver l' année précise d'une carte, mais la situer par rapport aux autres.

Commentaire in http://www.jeuxdenim.be/jeu-Timeline
Au début de la partie, c'est très facile: si la ligne du temps ne contient que 2 cartes avec des années 1600 et 1900, alors vous devez juste deviner si votre prochaine invention se situe avant 1600, entre 1600 et 1900, ou après 1900. Par contre, plus on avance dans la partie, plus les intervalles se multiplient et sont étroits. Du coup, il vaut mieux jouer les cartes inventions les plus difficiles à localiser au début de la partie, et les cartes inventions les plus faciles à la fin.

Reste que certaines inventions vous surprendront, et c'est exactement ça qui fait le sel de Timeline. Ce qui est sympathique aussi, c'est de débattre de la bonne réponse, en trouvant des repères dans le temps qui auraient permis de situer l'invention. Vous voyez, il n'y a rien d'impitoyable, et c'est ce qui en fait un jeu culturel amusant.
Principe du jeu : intercaler des cartes au bon endroit pour former une ligne du temps.

Compétences sollicitées : activités de tri, de classement, argumentation et voir aussi mots-clés

Fiche pédagogique pour le FLE : https://leszexpertsfle.com/ressources-fle/des-jeux-pour-le-fle-timeline/

Règles du jeu

Au début de la partie, chaque joueur reçoit 6 cartes. Les joueurs ne peuvent regarder que le recto: on y voit une invention illustrée. Au ...

TEMPS(MESURE) ; HISTOIRE ; SCIENCES ; LOGIQUE ; COMMUNICATION ORALE ; JEU DE SOCIETE

... Lire [+]

y

- 352 p.
ISBN 9782020127196

Peut-on enseigner la vertu (Protagoras) ? Ou bien son apprentissage n'est-il rien d'autre que l'écoute patiente du savoir scientifique et la soumission à la vérité qui s'y dévoile (Socrate) ? L'efficacité scientifique a imposé la recherche critique de la vérité comme critère ultime en matière de formation, avec l'espoir d'une rencontre harmonieuse entre vérité, liberté individuelle et justice sociale. Mais la subtilité des problèmes d'éthique et de société que posent les sciences et les techniques sans donner les moyens de les résoudre fait éclater l'idéal socratique. C'est la revanche de Protagoras et de l'opinion, du poétique et de la rhétorique.

Prenant la mesure de ses propres limites, la raison scientifique s'identifie ne peut plus fonder à elle seule un système d'éducation. Associée à la critique philosophique, elle doit partager son pouvoir ­ sans pourtant s'y dissoudre ­ avec le pouvoir politique et celui des médias.

La recherche de concepts opérationnels a fait considérer la totalité, la négation et le possible comme de faux concepts, malgré leur rôle déterminant dans le développement des individus. Retrouver le tout, le non, le peut-être, au-delà du dénombrable, de la soustraction et du potentiel qui les ont remplacés, implique une relation nouvelle à la vérité et à la croyance, une recherche pragmatique du souverain Bien.

Après avoir souligné que la révolution biologique de ce siècle n'est pas seulement le produit des biotechnologies et précisé que la suppression définitive des causes finales constitue un aspect fondamental de cette révolution sociologique, le conférencier se penche sur les pseudo-concepts de « totalité », de « négation » et de « possible ». Il traite par la suite de la transformation de la notion de finalité en notion opérationnelle, qui devient dans le langage de tous les jours « finalité intentionnelle ». Tout cela a des conséquences drastiques sur l'opération de discrimination de ce qui est « bon » pour l'humanité ou, plus précisément, de ce que nous devons faire des productions de la science et des techniques. Sur cette base théorique, Atlan s'attache par la suite au difficile problème de l'éducation, qu'il scrute en questionnant premièrement sa fonction puis, dans un deuxième temps, son rapport à la vérité objective. Le chercheur termine en précisant que l'attitude qui prend acte d'une séparation radicale entre le
vrai et le bien et qui peut éventuellement conduire à un relativisme n'a pas que des inconvénients. Ainsi, entre autres, en ce qui concerne l'éducation, ce dernier pourrait conduire à une éducation pragmatique, non totalitaire, construite autour de toujours plus d'exigences de qualité, où le pluralisme des cultures n'impliquerait pas nécessairement le nivellement par le bas. in https://www.erudit.org/fr/revues/crs/1994-n23-crs1517109/1002251ar.pdf
Peut-on enseigner la vertu (Protagoras) ? Ou bien son apprentissage n'est-il rien d'autre que l'écoute patiente du savoir scientifique et la soumission à la vérité qui s'y dévoile (Socrate) ? L'efficacité scientifique a imposé la recherche critique de la vérité comme critère ultime en matière de formation, avec l'espoir d'une rencontre harmonieuse entre vérité, liberté individuelle et justice sociale. Mais la subtilité des problèmes d'éthique et ...

PHILOSOPHIE SOCIALE ; SCIENCES ; PENSEE CRITIQUE ; MEDIAS DE MASSE ; POLITIQUE ; EDUCATION

... Lire [+]

Dossiers

 
Z