F Nous contacter

0

Documents  NEUROSCIENCES | enregistrements trouvés : 54

O

-A +A

P Q

U H

Céline Alvarez mène une recherche pour une éducation basée sur les lois naturelles d'apprentissage et d'épanouissement de l'être humain. Ces lois exigent notamment que l'enfant apprenne par son activité autonome, au sein d'un environnement riche et sécurisant, avec des enfants d'âges différents, et guidé par un étayage individuel et bienveillant.
Elle a repris et développé les travaux du Dr Maria Montessori, qui avait déjà ouvert la voie d'une telle démarche scientifique dès 1907. Elle les a enrichis avec les avancées scientifiques contemporaines notamment en psychologie cognitive comportementale, en neurosciences cognitives, affectives, sociales ; ainsi qu'en linguistique française.
Le site présente des grands principes ainsi que des démarches très pratiques, quelques fois illustrées par des vidéos. Bien que destiné à la base aux enseignants dans un contexte scolaire, ils peuvent être une source d'inspiration pour les formateurs en alphabétisation, notamment lorsqu'ils s'intéressent aux compétences développées à l'école maternelle qui constituent des prérequis nécessaires à la lecture, l'écriture et d'autres compétences travaillées en alpha.
Céline Alvarez mène une recherche pour une éducation basée sur les lois naturelles d'apprentissage et d'épanouissement de l'être humain. Ces lois exigent notamment que l'enfant apprenne par son activité autonome, au sein d'un environnement riche et sécurisant, avec des enfants d'âges différents, et guidé par un étayage individuel et bienveillant.
Elle a repris et développé les travaux du Dr Maria Montessori, qui avait déjà ouvert la voie d'une ...

MONTESSORI MARIA (1870-1952) ; NEUROSCIENCES ; APPRENTISSAGE PRESCOLAIRE ; PEDAGOGIE ACTIVE ; RECHERCHE EN EDUCATION

... Lire [+]

y

- 240 p.
ISBN 978-2-7605-4004-0

Sujet phare dans le domaine des neurosciences, les liens entre la motricité et le langage suscitent l'intérêt de nombreux chercheurs qui tentent de mettre en évidence les interactions entre les fonctions motrices et langagières et de mieux comprendre leur influence réciproque. Car le langage et la motricité sont des fonctions essentielles à la communication interne et à notre interaction avec le monde, et les nouvelles techniques d'observation, en particulier la neuro-imagerie et la stimulation cérébrale, offrent un point de vue privilégié pour les étudier.

Le langage au bout des doigts est le résultat d'un travail collectif auquel ont collaboré des scientifiques renommés ayant contribué, par leurs recherches, à l'avancement des connaissances dans le domaine. Il présente une revue actualisée et unique du sujet, permettant au lecteur d'explorer les bases neurologiques des liens unissant le langage et la motricité, de comprendre le fonctionnement des réseaux cérébraux associés à la production du langage et à l'activité motrice ainsi que d'approfondir les connaissances nécessaires à l'amélioration des pratiques en rééducation-éducation.

Tant les professeurs et les étudiants que les professionnels de la santé, de la communication et de l'éducation seront intéressés par cet ouvrage qui contribue à une meilleure compréhension des problèmes rencontrés chez les personnes présentant des déficiences, des difficultés ou des retards dans la fonction motrice ou langagière.
Sujet phare dans le domaine des neurosciences, les liens entre la motricité et le langage suscitent l'intérêt de nombreux chercheurs qui tentent de mettre en évidence les interactions entre les fonctions motrices et langagières et de mieux comprendre leur influence réciproque. Car le langage et la motricité sont des fonctions essentielles à la communication interne et à notre interaction avec le monde, et les nouvelles techniques d'observation, ...

NEUROSCIENCES ; HABILETES MOTRICES ; LANGAGE ; TROUBLES DE LA PAROLE

... Lire [+]

y

- 176 p.
ISBN 9782707310798

Jerry A. Fodor soutient que les recherches contemporaines en science cognitive permettent de réhabiliter l'ancienne " psychologie des facultés ". Dans la conception qu'il développe, l'esprit humain est constitué en grande partie par des dispositifs cognitifs hautement spécialisés, répondant chacun à des principes propres et destinés à traiter de façon automatique un type très limité d'information en provenance du monde extérieur. Ces systèmes " modulaires " fournissent à la pensée sa matière en transformant des sensations brutes en représentations, mais ils sont relativement autonomes par rapport à la pensée proprement dite, c'est-à-dire par rapport à ce que Fodor appelle les " systèmes centraux " de l'esprit humain. Fodor utilise des exemples tirés de la recherche sur la vision humaine, et il montre que les résultats expérimentaux de la psycholinguistique, convenablement interprétés, militent en faveur d'une conception modulaire de la faculté de langage.

"Ce que l'on a réussi à développer avec un certains succès, c'est une sorte de psychopysique étendue. On sait beaucoup de choses sur les transformations qui donnent à l'information une forme appropriée sur les processus centraux. On ne sait pratiquement rien de ce qui se passe ensuite"

Le thème de cette monographie est le statut actuel du programme de la psychologie des facultés ; il s'agira moins de s'interroger sur les données empiriques qui favorisent ce programme (je pense que c'est pour l'essentiel une question ouverte) que de se demander en quoi il consiste et à quels domaines il peut être naturel ou non de l'appliquer. Plus précisément, je voudrais faire les choses suivantes : 1) essayer de distinguer la thèse générale selon laquelle il existe des facultés psychologiques, d'une version particulière de cette thèse, que j'appellerai la thèse de la modularité ; 2) énoncer certaines des propriétés que les systèmes cognitifs modulaires sont susceptibles de posséder en vertu de leur modularité ; 3) voir s'il est possible de formuler une hypothèse plausible sur les processus mentaux qui risquent d'être modulaires. Enfin, je ferai de mon mieux pour, 4) séparer la question ayant trait à la modularité et aux facultés des problèmes liés à ce que j'appellerai la thèse de la limitation épistémique : il s'agit de l'idée selon laquelle il existe des contraintes endogènes sur le type de problèmes que les êtres humains peuvent résoudre, et donc sur le type de choses que nous pouvons savoir.
Jerry A. Fodor soutient que les recherches contemporaines en science cognitive permettent de réhabiliter l'ancienne " psychologie des facultés ". Dans la conception qu'il développe, l'esprit humain est constitué en grande partie par des dispositifs cognitifs hautement spécialisés, répondant chacun à des principes propres et destinés à traiter de façon automatique un type très limité d'information en provenance du monde extérieur. Ces systèmes " ...

NEUROSCIENCES ; DEVELOPPEMENT COGNITIF ; PENSEE

... Lire [+]

y

- 380 p.
ISBN 2012788920

La science du cerveau peut-elle nous renseigner sur le fonctionnement de la pensée ? En renouvelant profondément la problématique des relations entre l'âme et son organe, les neurosciences ont ressuscité cette vieille question philosophique, qui retrouve ainsi une acuité nouvelle.
La première parution de L'Homme neuronal (1983) a marqué avec éclat l'entrée des neurosciences sur la scène française et son succès fut le signe de l'engouement qu'elles provoquèrent. Cet ouvrage d'initiation établit clairement l'état des lieux des connaissances biologiques du cerveau et du système nerveux. Les controverses que ce livre a suscitées et suscite encore en font un classique de la réflexion sur ce problème.

"Jean-Pierre CHANGEUX est fidèle à une conception moniste du cerveau de l'homme, du niveau moléculaire au niveau cognitif. Il est convaincu que la sélection est à la base de processus vitaux plutôt que l'instruction, et que le cerveau a une véritable activité, qu'il ne se borne pas à répondre aux incitations de l'environnement. Ce point de vue l'oppose à des philosophes comme RICOEUR, qui soulignent entre autres toujours le danger d'une perception de l'homme trop dépendante de l'acquisition récente d'un type de connaissances scientifiques (chose sans doute inévitable, mais dont il importe d'être très conscient et critique...)" in http://www.leconflit.com/article-l-homme-neuronal-de-jean-pierre-changeux-58999447.html
La science du cerveau peut-elle nous renseigner sur le fonctionnement de la pensée ? En renouvelant profondément la problématique des relations entre l'âme et son organe, les neurosciences ont ressuscité cette vieille question philosophique, qui retrouve ainsi une acuité nouvelle.
La première parution de L'Homme neuronal (1983) a marqué avec éclat l'entrée des neurosciences sur la scène française et son succès fut le signe de l'engouement ...

NEUROSCIENCES ; PHILOSOPHIE SOCIALE

... Lire [+]

Dossiers

 
Z