F Nous contacter

0

Documents  ALALUF Mateo | enregistrements trouvés : 10

O

-A +A

P Q


y

- 138 p.
ISBN 978 2805 920530

" À l'heure où le capitalisme est présenté comme une fatalité naturelle, se réapproprier le travail est un enjeu politique et démocratique. Les crises économique, écologique, sociale et politique soulignent plus que jamais la nécessité d'interroger quelles sont les activités utiles, qui en décide, qui les contrôle, quelles formes d'organisation sont mises en oeuvre et dans quelles conditions elles s'exercent.

Ces questions engagent tous les membres de la société. Dans une logique démocratique, elles doivent être soumises à des délibérations collectives. Or, actuellement, ces problématiques sont privatisées. Ce sont principalement les acteurs dominants du marché capitaliste qui définissent le travail nécessaire à la valorisation de leurs capitaux.

Ce texte propose de remettre le travail au coeur des rapports de forces. Il analyse les fondements de l'organisation du travail sous le mode de production capitaliste. Il décortique ensuite leurs caractéristiques et identifient les dispositifs qui permettent un exercice du pouvoir despotique tant sur le travail que ses conditions et son organisation. Cette perspective sert de base à construire un positionnement critique qui vise à redéfinir les conditions d'un contre-pouvoir ayant pour projet la transformation politique et l'émancipation sociale. "
[extrait de la présentation de l'éditeur]
" À l'heure où le capitalisme est présenté comme une fatalité naturelle, se réapproprier le travail est un enjeu politique et démocratique. Les crises économique, écologique, sociale et politique soulignent plus que jamais la nécessité d'interroger quelles sont les activités utiles, qui en décide, qui les contrôle, quelles formes d'organisation sont mises en oeuvre et dans quelles conditions elles s'exercent.

Ces questions engagent tous les ...

ORGANISATION DU TRAVAIL ; CAPITALISME ; POUVOIR ; IDEOLOGIE ; RELATIONS INTERPERSONNELLES ; MILIEU INSTITUTIONNEL

... Lire [+]

U V

- 158 p.
ISBN 978 2 87003 644 0

Mateo Alaluf dénonce l'OPA sur notre vocabulaire. Pour le néolibéralisme, il fallait que le sens des mots change, qu'ils perdent leur faculté de permettre une pensée critique, voire une pensée tout court. Il fallait une pensée molle qui englue le cerveau social, qui rende tout simplement imprononçable et interdit tout terme qui s'oppose à la marchandisation de la société : services publics, écoles, justice, culture... Mateo Alaluf dénonce l'OPA sur notre vocabulaire. Pour le néolibéralisme, il fallait que le sens des mots change, qu'ils perdent leur faculté de permettre une pensée critique, voire une pensée tout court. Il fallait une pensée molle qui englue le cerveau social, qui rende tout simplement imprononçable et interdit tout terme qui s'oppose à la marchandisation de la société : services publics, écoles, justice, culture...

LANGAGE ; PENSEE CRITIQUE ; IDEOLOGIE ; TERMINOLOGIE

... Lire [+]

y

- 88 p.
ISBN 978 2 87003663 1

L'allocation universelle serait-elle une alternative au néo-libéralisme à même d'abolir le chômage et la pauvreté ? Pourrait-elle libérer le travail des contraintes qui l'enserrent au profit d'activités autonomes librement choisies par chacun ?
Ce scénario refait surface, périodiquement, depuis plus de trente ans, en se parant des couleurs de la nouveauté.
Au contraire, pour Mateo Alaluf, cette idée inscrite dans les rapports de force qui structurent la société est une machine de guerre contre la sécurité sociale qui entraînerait l'institutionnalisation de la précarité.
En reconstituant les controverses qui ont accompagné la réception de l'allocation universelle, ce livre tente d'analyser de manière critique les principes qui soutiennent la proposition d'octroyer à chacun, sans condition, aux riches comme aux pauvres, un revenu de base.
Il pose à la Gauche la question de savoir si l'émancipation est tributaire des individus, supposés responsables dans leurs choix par l'octroi d'une somme d'argent - même modeste -, ou si elle procède des droits sociaux qui trouvent leur origine dans le travail ?
L'allocation universelle serait-elle une alternative au néo-libéralisme à même d'abolir le chômage et la pauvreté ? Pourrait-elle libérer le travail des contraintes qui l'enserrent au profit d'activités autonomes librement choisies par chacun ?
Ce scénario refait surface, périodiquement, depuis plus de trente ans, en se parant des couleurs de la nouveauté.
Au contraire, pour Mateo Alaluf, cette idée inscrite dans les rapports de force qui ...

CAPITALISME ; REVENU UNIVERSEL ; INSERTION SOCIALE

... Lire [+]

U V

- 65 p.

Enseignement et emploi, formation marchande, insertion des jeunes et formation en alternance, les groupes à risque et la négociation collective.

EMPLOI ; FORMATION PROFESSIONNELLE

... Lire [+]

U V

- 102 p.

Ce dictionnaire se livre à une analyse critique des mots et locutions couramment employés par la presse politique et économique. Sous l'apparence de termes techniques ou d'euphémismes de bon aloi, c'est toute la pensée néolibérale qui passe en contrebande.

CHOMAGE ; POUVOIR ; TERMINOLOGIE ; PRESSE ECRITE ; ANALYSE DU DISCOURS

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

Dossiers

 
Z