F Nous contacter

0

Documents  PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE | enregistrements trouvés : 23

O

-A +A

P Q

U V

- n° 426 - pp.25-26

Quelques propositions empruntées à F. Oury : les lois doivent être traduites dans des termes que les élèves peuvent entendre, le maître est capable de partager le pouvoir, etc.

PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE

... Lire [+]

U V

- n° 145 - pp. 18-20

Une approche de la P.I. par touches " expressionnistes " et un résumé clair du fondement ses principes et des relations avec les courants Freinet ou psychanalytiques

PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE

... Lire [+]

y

- 20 pages

version remaniée de la version publiée sur le site du Grain en 2007.
Dans les années 1960, une nouvelle perspective de recherche appliquée à l'action éducative et sociale voit le jour : l'analyse institutionnelle. Alliant psychologie sociale des groupes et analyse macrosociologique de la société, celle-ci vise à analyser les formes et rapports de pouvoir qui sont à l'oeuvre, de manière implicite, dans les institutions et les organisations. Il s'agit de mettre en évidence les rapports de pouvoir réels mais camouflés « sous la fausse banalité de l'évidence », souvent à l'origine de conflits. Afin de mettre à jour ces rapports de pouvoir, l'analyse institutionnelle distingue d'abord trois « acteurs » : l'institué (l'ordre en place, le règlement de travail par exemple), l'instituant (celui ou celle qui remet en question la norme, l'institué), et l'institutionnalisation (l'intégration, la récupération de ce qui a été remis en question afin de le normaliser). Ensuite, elle recourt à un « analyseur », un évènement qui fait apparaitre le non-dit de l'institution. Cet analyseur peut survenir naturellement ou être provoqué afin de forcer chacun à se dévoiler (par exemple, le refus par un formateur de procéder à l'évaluation de ses stagiaires, pourtant imposée par le pouvoir subsidiant). Enfin, en situation de conflit, trois stratégies peuvent être mises en place par les acteurs : le mode d'action institutionnel (exemple : une action syndicale via le conseil d'entreprise), le mode d'action anti-institutionnel (exemple : un refus explicite d'appliquer certaines décisions) et le mode d'action contre-institutionnel (exemple : un travail d'équipe non prévu par la direction).
Après une description des concepts de base et de la méthodologie de l'analyse institutionnelle, Francis Tilman nous invite à la lecture d'analyses de cas précis de résolution de conflits.
version remaniée de la version publiée sur le site du Grain en 2007.
Dans les années 1960, une nouvelle perspective de recherche appliquée à l'action éducative et sociale voit le jour : l'analyse institutionnelle. Alliant psychologie sociale des groupes et analyse macrosociologique de la société, celle-ci vise à analyser les formes et rapports de pouvoir qui sont à l'oeuvre, de manière implicite, dans les institutions et les organisations. Il ...

POUVOIR ; MILIEU INSTITUTIONNEL ; PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE ; RESOLUTION DE CONFLIT ; DYNAMIQUE DE GROUPE ; PSYCHOLOGIE SOCIALE

... Lire [+]

U V

- 512 p.

Nous l'appelons entre nous « la brique ». Ne se lit pas forcément de façon linéaire et d'un bout à l'autre. On y revient sans cesse. Il donne à penser et à travailler.

4ème de couverture :

Pendant des années, Fernand Oury, instituteur de banlieue, a poursuivi avec une obstination de bûcheron la tâche immense et dérisoire de transformer le monde entre les quatre murs d'une salle de classe. Et pas n'importe laquelle ; une classe de perfectionnement à Nanterre, celle des « débiles », des « laissés-pour-compte" », où viennent échouer tous ceux qui opposent à l'école une écosse impénétrable. « Ne sait pas lire »,« Ne sait pas compter », « Insupportable », « Intenable ». Et de ces rebuts il tente de faire une classe, un groupe, des individus, quelque chose d'humain. Pour cela, il faut, bien sûr, du courage et du tempérament. Mais aussi de la méthode. Et c'est ainsi que l'instituteur, aidé d'une psychologue vénézuélienne qui passait par-là, s'est mis à la besogne. Avec ces enfants-là, pas question de dire que la pédagogie est un art, une intuition. Il faut du solide. Du scientifique. Empruntant à la psychologie, à la psycho-sociologie, à la sociométrie, à la psychanalyse - et, bien sûr, au techniques Freinet dont Fernand Oury est un fervent partisan -, ils se sont mis à élaborer une doctrine à eux, quelque chose d'un peu bricolé, de tâtonnant, mais qui, peu à peu, prenait forme et contenu, et qui est devenu sans doute l'une des bases les plus solides de réflexion dont on dispose actuellement. Une pédagogie qui repose sur le groupe, mais à l'opposé du « laisser faire » non directif, qui s'appuie sur des règles précises, donnant à chacun une tâche soumise à la discussion et à l'approbation de l'ensemble. Une pédagogie qui tente de constituer un espace humain fort dans lequel l'individu se sent pris en charge par la présence des autres, tout en assumant ses responsabilités propres.
Tout cela s'est constitué à la diable, au contact des difficultés et des enfants, et c'est le fil de cette élaboration que l'on remonte tout au long de ces huit cents pages, où se mêlent les portraits, les descriptions, les imprécations contre le système et les chercheurs en chambre, les réflexions théoriques et les diagrammes. Sous son titre rébarbatif de manuel pour pédagogue, ce livre est une sorte de torrent bouillonnant, où les notations et les exclamations s'entrechoquent avec une virulence verbale, dont l'optimisme réconforte.

Frédéric Gaussen, Le Monde, 1974
Nous l'appelons entre nous « la brique ». Ne se lit pas forcément de façon linéaire et d'un bout à l'autre. On y revient sans cesse. Il donne à penser et à travailler.

4ème de couverture :

Pendant des années, Fernand Oury, instituteur de banlieue, a poursuivi avec une obstination de bûcheron la tâche immense et dérisoire de transformer le monde entre les quatre murs d'une salle de classe. Et pas n'importe laquelle ; une classe de per...

METHODE D'ENSEIGNEMENT ; APPRENTISSAGE COOPERATIF ; PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE

... Lire [+]

U V

- 768 p.

Nous l'appelons entre nous « la brique ». Ne se lit pas forcément de façon linéaire et d'un bout à l'autre. On y revient sans cesse. Il donne à penser et à travailler.

4ème de couverture :

Pendant des années, Fernand Oury, instituteur de banlieue, a poursuivi avec une obstination de bûcheron la tâche immense et dérisoire de transformer le monde entre les quatre murs d'une salle de classe. Et pas n'importe laquelle ; une classe de perfectionnement à Nanterre, celle des « débiles », des « laissés-pour-compte" », où viennent échouer tous ceux qui opposent à l'école une écosse impénétrable. « Ne sait pas lire »,« Ne sait pas compter », « Insupportable », « Intenable ». Et de ces rebuts il tente de faire une classe, un groupe, des individus, quelque chose d'humain. Pour cela, il faut, bien sûr, du courage et du tempérament. Mais aussi de la méthode. Et c'est ainsi que l'instituteur, aidé d'une psychologue vénézuélienne qui passait par-là, s'est mis à la besogne. Avec ces enfants-là, pas question de dire que la pédagogie est un art, une intuition. Il faut du solide. Du scientifique. Empruntant à la psychologie, à la psycho-sociologie, à la sociométrie, à la psychanalyse - et, bien sûr, au techniques Freinet dont Fernand Oury est un fervent partisan -, ils se sont mis à élaborer une doctrine à eux, quelque chose d'un peu bricolé, de tâtonnant, mais qui, peu à peu, prenait forme et contenu, et qui est devenu sans doute l'une des bases les plus solides de réflexion dont on dispose actuellement. Une pédagogie qui repose sur le groupe, mais à l'opposé du « laisser faire » non directif, qui s'appuie sur des règles précises, donnant à chacun une tâche soumise à la discussion et à l'approbation de l'ensemble. Une pédagogie qui tente de constituer un espace humain fort dans lequel l'individu se sent pris en charge par la présence des autres, tout en assumant ses responsabilités propres.
Tout cela s'est constitué à la diable, au contact des difficultés et des enfants, et c'est le fil de cette élaboration que l'on remonte tout au long de ces huit cents pages, où se mêlent les portraits, les descriptions, les imprécations contre le système et les chercheurs en chambre, les réflexions théoriques et les diagrammes. Sous son titre rébarbatif de manuel pour pédagogue, ce livre est une sorte de torrent bouillonnant, où les notations et les exclamations s'entrechoquent avec une virulence verbale, dont l'optimisme réconforte.

Frédéric Gaussen, Le Monde, 1974
Nous l'appelons entre nous « la brique ». Ne se lit pas forcément de façon linéaire et d'un bout à l'autre. On y revient sans cesse. Il donne à penser et à travailler.

4ème de couverture :

Pendant des années, Fernand Oury, instituteur de banlieue, a poursuivi avec une obstination de bûcheron la tâche immense et dérisoire de transformer le monde entre les quatre murs d'une salle de classe. Et pas n'importe laquelle ; une classe de per...

METHODE D'ENSEIGNEMENT ; PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE ; APPRENTISSAGE COOPERATIF

... Lire [+]

Dossiers

 
Z