F Nous contacter

0

Documents  FIJALKOW Jacques | enregistrements trouvés : 14

O

-A +A

P Q


U V

- 172 p.
ISBN 2865650219

Actes de l'Université d'été de Toulouse (6-12 juillet 1988).

Au sommaire

Ecriture et alphabétisation : p.33

L'acquisition de lécriture dans une perspective sociogénétique : p. 61
61

ACTES, CONGRES, ETC. ; RECHERCHE EN LECTURE-ECRITURE ; ENSEIGNEMENT DE L'ECRITURE ; RELATION LECTURE ECRITURE ; ALPHABETISATION

... Lire [+]

U V

- 66 p.

Cette recherche-action, menée par le CLAP sous la direction scientifique de J. Filjakow, a permis aux formateurs d'exposer de nombreux témoignages de validation - écrits des stagiaires à l'appui - des principes pédagogiques retenus de lutte contre l'illettrisme. Présentation d'activités de lecture et d'écriture.

METHODE D'ALPHABETISATION

... Lire [+]

U V

- 104 p.

Dans le débat sur les difficultés d'apprentissage de la lecture rencontrées par certains enfants deux grandes thèses s'affrontent. D'une part, le point de vue cognitif selon lequel ces difficultés proviendraient principalement de troubles spécifiques tels que la dyslexie, la dysorthographie, la dyscalculie, etc. D'autre part, le point de vue social qui pose le constat que ce sont principalement les enfants provenant de milieux sociaux défavorisés qui sont en difficulté d'apprentissage. Dans Entrer dans l'écrit, Fijalkow rejoint cette deuxième thèse et s'interroge : apprendre à lire, est-ce bien le réel problème ? Apprendre à lire ne va pas sans adhérer à la culture que véhiculent les livres. Ainsi " plus la culture de l'école est différente de celle que l'enfant connaît à la maison, plus la probabilité de conflit culturel est grande, et par voie de conséquence, plus important est le risque de voir apparaître des difficultés scolaires ". Si, pour l'adulte en situation d'illettrisme, apprendre à lire c'est entrer dans une autre culture et risquer de perdre son identité, pour l'enfant, apprendre à lire c'est risquer de perdre ses parents.
Dans la suite de sa réflexion, Fijalkow pose les questions suivantes : Apprendre comment ? Un apprentissage global ou un apprentissage de correspondances grapho-phonétiques ? Apprendre à lire d'abord ? Historiquement, à l'école, on a privilégié l'apprentissage de la lecture : " Savoir-lire c'était pouvoir accéder aux textes sacrés. [...] Jadis on enseignait la lecture et on s'en tenait là, aujourd'hui on enseigne la lecture et, plus tard, l'écriture." Fijalkow s'oppose à cette position dualiste. La lecture et l'écriture sont des comportements, composantes du système d'une même langue écrite. La lecture, acte de recevoir implique une exigence cognitive moins élevée que l'écriture, acte de production. Dès lors, savoir lire ne signifie pas automatiquement savoir écrire ! Fijalkow préconise de mêler ces deux apprentissages et souligne qu'ils doivent s'effectuer dans le prolongement de la langue parlée.
Cet ouvrage s'inscrit une perspective constructiviste : " On n'enseigne pas à lire-écrire à un enfant, c'est lui qui apprend. Le rôle de l'adulte est de l'aider à effectuer cet apprentissage. " Pour conclure, l'auteur insiste sur les conditions sociales de l'action : " L'apprentissage, c'est l'affaire du maître, de l'enfant et de tous les autres. "
Dans le débat sur les difficultés d'apprentissage de la lecture rencontrées par certains enfants deux grandes thèses s'affrontent. D'une part, le point de vue cognitif selon lequel ces difficultés proviendraient principalement de troubles spécifiques tels que la dyslexie, la dysorthographie, la dyscalculie, etc. D'autre part, le point de vue social qui pose le constat que ce sont principalement les enfants provenant de milieux sociaux d...

APPRENTISSAGE DE LA LECTURE-ECRITURE ; RELATION LECTURE ECRITURE ; SOCIOLOGIE DE LA LECTURE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION

... Lire [+]

Dossiers

 
Z