F Nous contacter

0

Documents  TILMAN Francis | enregistrements trouvés : 18

O

-A +A

P Q


y

- 20 pages

version remaniée de la version publiée sur le site du Grain en 2007.
Dans les années 1960, une nouvelle perspective de recherche appliquée à l'action éducative et sociale voit le jour : l'analyse institutionnelle. Alliant psychologie sociale des groupes et analyse macrosociologique de la société, celle-ci vise à analyser les formes et rapports de pouvoir qui sont à l'oeuvre, de manière implicite, dans les institutions et les organisations. Il s'agit de mettre en évidence les rapports de pouvoir réels mais camouflés « sous la fausse banalité de l'évidence », souvent à l'origine de conflits. Afin de mettre à jour ces rapports de pouvoir, l'analyse institutionnelle distingue d'abord trois « acteurs » : l'institué (l'ordre en place, le règlement de travail par exemple), l'instituant (celui ou celle qui remet en question la norme, l'institué), et l'institutionnalisation (l'intégration, la récupération de ce qui a été remis en question afin de le normaliser). Ensuite, elle recourt à un « analyseur », un évènement qui fait apparaitre le non-dit de l'institution. Cet analyseur peut survenir naturellement ou être provoqué afin de forcer chacun à se dévoiler (par exemple, le refus par un formateur de procéder à l'évaluation de ses stagiaires, pourtant imposée par le pouvoir subsidiant). Enfin, en situation de conflit, trois stratégies peuvent être mises en place par les acteurs : le mode d'action institutionnel (exemple : une action syndicale via le conseil d'entreprise), le mode d'action anti-institutionnel (exemple : un refus explicite d'appliquer certaines décisions) et le mode d'action contre-institutionnel (exemple : un travail d'équipe non prévu par la direction).
Après une description des concepts de base et de la méthodologie de l'analyse institutionnelle, Francis Tilman nous invite à la lecture d'analyses de cas précis de résolution de conflits.
version remaniée de la version publiée sur le site du Grain en 2007.
Dans les années 1960, une nouvelle perspective de recherche appliquée à l'action éducative et sociale voit le jour : l'analyse institutionnelle. Alliant psychologie sociale des groupes et analyse macrosociologique de la société, celle-ci vise à analyser les formes et rapports de pouvoir qui sont à l'oeuvre, de manière implicite, dans les institutions et les organisations. Il ...

POUVOIR ; MILIEU INSTITUTIONNEL ; PEDAGOGIE INSTITUTIONNELLE ; RESOLUTION DE CONFLIT ; DYNAMIQUE DE GROUPE ; PSYCHOLOGIE SOCIALE

... Lire [+]

U V

Les cinqs volumes de ce coffret sont indissociables et s'appuient sur une étude disponible au Grain "La condition scolaire et l'échec vécue par les enfants de 6-7 ans" (même auteur)
- Volume 1 : Observation en classe : analyse du vécu des enfants dans deux écoles-témoins et de la répartition de l'échec selon les milieux d'origine
- Volume 2 et 3 : Regards sur la grande école : intervieuw et photos d'enfants issus de milieux populaires
- Volume 4 : Guide d'analyse à l'intention des enseignants : inventaire des perceptions de l'échec scolaire et propositions d'actions
- Volume 5 : Notions-clés : questionnaire et analyse institutionnelle
Les cinqs volumes de ce coffret sont indissociables et s'appuient sur une étude disponible au Grain "La condition scolaire et l'échec vécue par les enfants de 6-7 ans" (même auteur)
- Volume 1 : Observation en classe : analyse du vécu des enfants dans deux écoles-témoins et de la répartition de l'échec selon les milieux d'origine
- Volume 2 et 3 : Regards sur la grande école : intervieuw et photos d'enfants issus de milieux populaires
- Volume ...

ECHEC SCOLAIRE ; ETUDES PRIMAIRES ; TEMOIGNAGE D'APPRENANT

... Lire [+]

U V

- 166 p.

Partant d'une critique des « fonctions remplies par l'école et les autres institutions éducatives », les auteurs définissent les critères d'une pédagogie populaire et émancipatrice. « La pédagogie que nous construisons commence précisément là où s'arrête cette sociologie de l'éducation : il s'agit de mettre au point une pratique éducative opérationnelle qui aboutisse à des résultats opposés à ceux de la plupart des pratiques actuelles grâce auxquelles les inégalités peuvent se reproduire. » (pp.11 et 12) A partir de ce constat, les auteurs vont choisir la méthode du projet comme moyen d'une pédagogie de la libération. « Dans notre perspective, le projet est une réalisation matérielle qui transforme la réalité. Elle aura donc une utilité et un impact visible. C'est aussi une réalisation collective, choisie et menée à bien par un petit groupe, tenant compte des particularités de chacun de ses membres et des situations concrètes communes à ceux-ci. » (p.18) Ils vont questionner de manière critique la méthode du projet. Deux limites sont examinées. La première limite est d'ordre institutionnel. Elle tient à la nature de l'institution scolaire : le fractionnement des cours, l'isolement du ou des enseignants..." La seconde limite de ces expériences est d'ordre méthodologique,... En effet, si la méthode du projet parvient à atteindre en grande partie les différentes attitudes et les différentes capacités que nous nous sommes fixées comme objectif, les résultats sont cependant plus limités en ce qui concerne les connaissances. Seules les connaissances ponctuelles peuvent être atteintes par le biais du "projet". Un programme d'apprentissage systématique dans les connaissances de base peut également être construit à partir des marques que le "projet" a permis de révéler aux intéressés eux-mêmes. Mais, ce programme doit alors être poursuivi par des moyens propres." (p. 43) Ayant défini les concepts de bases, dégagé les principes fondamentaux et déterminés les limites et les objectifs durant le premier chapitre, les auteurs vont préciser la méthode du projet au cours du chapitre suivant. Le troisième chapitre sera consacré à l'examen de l'apport d'autres méthodes pédagogiques (pédagogie freinet, institutionnelle, construction du savoir,...) Le dernier chapitre reprend les questions, issues de leur pratique et des échanges avec d'autres praticiens, sur le lien entre cette pédagogie et le changement politique et social. Partant d'une critique des « fonctions remplies par l'école et les autres institutions éducatives », les auteurs définissent les critères d'une pédagogie populaire et émancipatrice. « La pédagogie que nous construisons commence précisément là où s'arrête cette sociologie de l'éducation : il s'agit de mettre au point une pratique éducative opérationnelle qui aboutisse à des résultats opposés à ceux de la plupart des pratiques actuelles grâce ...

APPROCHE PAR PROJET ; PEDAGOGIE EMANCIPATRICE ; EDUCATION POPULAIRE

... Lire [+]

U V

- 44 p.

Approches méthodologiques, jalons pour construire une pédagogie populaire.

OBJECTIF D'ENSEIGNEMENT

... Lire [+]

Dossiers

 
Z